Le 1 mars 2015

Tendance #1: le snacking monte en gamme

Manger vite fait, mais bien fait ! C’est LA tendance consommateur sur laquelle il faut surfer cette année. Mais attention aux raccourcis: il ne suffit plus de proposer un repas pratique et rapide pour sortir gagnant. Explications…

 Le snacking continue sa progression

Parce que nos rythmes de vie ont accéléré, la pause déjeuner s’est raccourcie et le snacking en tant que mode de consommation, devient la norme. On le voit en restauration hors domicile, où la restauration rapide continue sa progression dans un environnement économique pourtant morose (cf article Tendances alimentaires 2015). De nouveaux concepts voient le jour, tous plus novateurs les uns que les autres. Et signe que la tendance a de l’intérêt, on verra même courant 2015, de grandes enseignes, typiquement françaises, de la restauration à table se décliner en version rapide, à l’instar de Buffalo Grill avec son nouveau concept Buffalo Burger (prévu en Mars 2015) ou de Courtepaille avec son foodtruck.

En consommation chez soi, les catégories de produits permettant une consommation rapide sont parmi les plus performantes des rayons de nos grandes surfaces: la catégorie de produits traiteur frais connait une croissance de +15% en valeur en 2014, suivie de près par les salades, les plats appertisés ou les sandwichs. Pour connaître le détail du classement LSA, cliquez ici.

Mais justement parce que le snacking est devenu son quotidien, le consommateur devient de plus en plus exigeant. Et ne se contente plus d’un produit pratique, vite avalé, à la limite de l’insipide.

Place au snacking de qualité en restauration rapide

C’est la fameuse tendance « fast casual » : ambiance cosy et conviviale, service rapide et chaleureux, produits frais et de qualité, prix un peu plus élevés qu’en restauration rapide classique mais inférieurs à ceux de la restauration à table.

Le pionnier en la matière, c’est évidemment Cojean. Depuis 2001, cet ancien de McDonald’s allie brillamment l’efficacité du modèle fast food à une cuisine goûteuse, saine et trendy, dans une ambiance épurée et poétique. Depuis, de nombreuses enseignes marchent dans ses pas: Exki, Jour, Bert’s, Naked… Plus récemment, des enseignes comme Prêt-à-Manger, Chipotle, Pure Etc et d’autres ont rejoint ce segment.

S’il ne pèse que 5% de la fréquentation de la restauration rapide, le segment « fast casual » fait mieux que résister: +12% de croissance au 1er trimestre 2014, quand la restauration rapide dans son ensemble stagne et que la restauration à table est à la peine (source: NPD).

Les food trucks viennent au-devant des consommateurs

Quand le consommateur ne vient pas au restaurant, c’est le restaurant qui vient à lui ! Courtepaille l’a bien compris avec la mise en test très prochainement d’une déclinaison mobile de son concept. Une façon d’aller au-devant du consommateur qui délaisse la restauration à table.

Le modèle des food trucks n’en finit plus de séduire, les consommateurs comme les restaurateurs: peu de frais, équipe réduite, souplesse de la carte, prix abordables… Oui mais voilà, les food trucks se multiplient, au point de devenir un segment ultra-concurrentiel ! Outre les difficultés pour obtenir les autorisations nécessaires, c’est surtout l’offre qu’il faut affûter. Les concepts qui connaissent le plus de succès sont ceux qui proposent une offre qualitative et soignée, un positionnement pointu et cohérent et un prix adapté. On y trouve beaucoup d’offres de burgers « gourmets », Le Camion qui fume étant le plus connu. Mais les propositions se diversifient avec de la cuisine argentine avec Cantina Argentina, asiatique avec Mum Dim Sum, régionale avec Breizh Truck ou Le Canard Huppé. Même les chefs s’y mettent, comme Marc Veyrat, avec Mes Bocaux !

Evidemment, la mobilité de ces camions est un point clé: elle permet le renouvellement de l’offre sur une zone et donc, une variété de menus pour les consommateurs. D’ailleurs, Eurest (groupe Compass), un des leaders de la restauration collective d’entreprise, propose désormais à ses clients une sélection d’enseignes de food trucks, en complément de son offre de restauration classique. A suivre…

La grande distribution repense ses espaces snacking

La bonne santé de la restauration rapide attire évidemment les enseignes de grande distribution. Après le départ de M&S, Monoprix avait lancé son propre concept, Daily Monop’, un hybride très bien vu entre restauration rapide et distribution de proximité. Aujourd’hui, l’enseigne a revu son identité visuelle et affiné son positionnement pour devenir une marque à part entière, déployée en centres villes, en gares et dans les trains, en tant qu’enseigne et marque de produits.

Ce succès a éveillé l’appétit des autres enseignes, notamment de Carrefour qui, après l’échec de Carrefour City Café, s’essaie à un nouveau concept, Bon App’, dont une unité devrait être installée dans le métro parisien courant 2015. On note également quelques initiatives du côté d’Intermarché, qui fait le choix de développer dans son point de vente d’Issy-Les-Moulineaux un corner café sous l’enseigne Columbus Café, ou de Leclerc qui mixe vente à emporter et corner libre-service à So Ouest. Dans le même temps, M&S continue son redéploiement rapide, bénéficiant d’une image fortement positionnée « convenience » et donc légitime sur le snacking.

Décryptage Open Up Food: le bon mix du snacking

Le snacking est un segment porteur malgré la conjoncture économique mais il doit répondre aux attentes des consommateurs en termes de rapport qualité / prix. De plus en plus attentifs au prix de leur déjeuner, les consommateurs cherchent aussi la fraîcheur des produits et la rapidité du service… et sont prêts à payer.

Attention donc aux offres qui pourraient être jugées trop chères ou, au contraire, aux offres trop « low cost » ! Le consommateur en veut pour son argent…

logo LinkedIn logo LinkedIn

Recevez notre sélection d'articles une fois par trimestre, directement par mail
Je m'inscris à la newsletter

Ecrit par Cécile Kergrohen

Fondatrice et directrice d'Open up food

Diplômée d'Audencia Business School, spécialiste du marketing, de l'innovation et du secteur alimentaire.

Open up food est une agence de conseil en développement et marketing, dédiée aux entreprises de l'alimentaire. Open up food intervient auprès de start-ups, TPE et PME sur la stratégie de développement, la stratégie marketing et l'innovation.

logo Facebook logo Twitter logo LinkedIn

Fermer

Conçue pour vous
faire gagner du temps, notre newsletter est
trimestrielle et composée d'une courte sélection d'articles
d'analyse et d'actualité. Pour la recevoir dans votre boîte mail,
merci de remplir ce formulaire :

Merci !

Un mail de confirmation va vous être envoyé dans quelques minutes. Il suffit de cliquer sur le lien pour confirmer votre inscription.