Le 5 avril 2017

Intermarché mise sur le phygital

Concurrencé par les commerces virtuels en ligne d'une part et les magasins de proximité d'autre part, la grande distribution française réfléchit à l'évolution de ses points de vente classiques. Intermarché mise pleinement sur le phygital.

Le numérique au service du physique

Avec le succès d'Amazon ou d'Uber et ce foisonnement de start ups de la foodtech, on en oublierait presque que les consommateurs font leurs courses... dans des magasins.

C'est vrai que le modèle de la grande distribution classique nécessite un petit lifting. Les consommateurs lui reprochent de plus en plus la froideur des rayons, le côté aseptisé et quasi-industriel de l'acte d'achat, le manque de conseils et de relations humaines, surtout dans les hypermarchés. Nombreuses sont les start ups qui s'appuient sur des avancées technologiques dans le domaine du digital pour tenter d'améliorer ces aspects du parcours client.

Pour autant, si les courses demeurent une corvée, le consommateur apprécie de maîtriser ses achats alimentaires, de choisir ses produits, de se laisser tenter ou surprendre... Et la technologie, même la plus pointue, ne prend pas toujours en compte ces aspects essentiels de l'acte d'achat alimentaire.

L'approche innovante d'Intermarché

Intermarché semble avoir compris ce point. Son approche est particulièrement intéressante parce qu'elle est centrée consommateur. Une approche prônée par les start ups, par ailleurs.

Intermarché considère son client non plus comme un simple shopper mais comme un consommateur confronté à des difficultés (ou douleurs) auxquelles l'enseigne ambitionne de répondre. Avec cet angle de vue, le "parcours client" n'est plus seulement celui qu'il fait physiquement dans le point de vente, mais il s'élargit en amont avec la constitution de la liste de courses et, pourquoi pas, avec la définition des menus. D'où l'intérêt de la nouvelle campagne de communication de l'enseigne, très remarquée, qui la positionne comme une solution à la question de l'équilibre alimentaire.

Du coup, comme l'exprime Marc Bouteillé, en charge du digital pour le groupement, "la technologie pour la technologie ne sert à rien". L'avenir est donc dans le phygital, c'est-à-dire le digital appliqué au point de vente.

L'autre aspect innovant est l'ouverture de l'approche d'Intermarché, rare pour ce secteur. Pour avancer vite face à la concurrence d'Amazon entre autres, Intermarché joue l'open innovation et la collaboration avec les plus gros industriels français et quelques incubateurs foodtech. L'ambition: concurrencer les spécialistes du digital sur leur propre terrain, avec le renforcement de la commande en ligne, du drive et la création d'une marketplace non alimentaire (de 50 000 références pour commencer).

Avec un atout de taille par rapport aux pure players qui doivent faire face aux coûts de livraison: les points de vente.

 

Source: L'Usine Nouvelle

Article à consulter ici.

logo LinkedIn logo LinkedIn

Recevez notre sélection d'articles une fois par trimestre, directement par mail
Je m'inscris à la newsletter

Ecrit par Cécile Kergrohen

Fondatrice et directrice d'Open up food

Diplômée d'Audencia Business School, spécialiste du marketing, de l'innovation et du secteur alimentaire.

Open up food est une agence de conseil en développement et marketing, dédiée aux entreprises de l'alimentaire. Open up food intervient auprès de start-ups, TPE et PME sur la stratégie de développement, la stratégie marketing et l'innovation.

logo Facebook logo Twitter logo LinkedIn

Fermer

Conçue pour vous
faire gagner du temps, notre newsletter est
trimestrielle et composée d'une courte sélection d'articles
d'analyse et d'actualité. Pour la recevoir dans votre boîte mail,
merci de remplir ce formulaire :

Merci !

Un mail de confirmation va vous être envoyé dans quelques minutes. Il suffit de cliquer sur le lien pour confirmer votre inscription.